• SoFEC

Comment adopter une approche fondée sur les faits lorsque peu d’évidence est disponible ? Partie 2/2

Dans la première partie de cet article, il avait été fait le constat de l’existence de situations cliniques où il n’existe pas de consensus scientifique. Ce type de situation peut facilement être à l’origine de grandes incertitudes pour les praticiens désireux d’avoir une pratique en accord avec les données probantes de la littérature. Il avait ainsi été supposé que, pour pallier leurs incertitudes, ces praticiens pourraient facilement être enclins à utiliser des routines de prise en charge.

Dans cet article, un algorithme sous forme de feu de circulation (Traffic light system) est préconisé. Cet algorithme – applicable à la plupart des raisonnements cliniques –, fut créé par le Pr Charlotte LEBOEUF-YDE et al. (2013) (lien vers l’article original). Il est basé sur les concepts simples précédemment évoqués dans la première partie de cet article :


  1. Les données probantes de la littérature ont davantage de ‘poids’ que la plausibilité biologique et l’expérience clinique.

  2. Lorsqu’il y a un manque de plausibilité biologique, il est davantage nécessaire que le raisonnement clinique soit soutenu par les données probantes de la littérature.

  3. Si un raisonnement clinique bénéficie d’une forte plausibilité biologique et qu’il est en accord avec les pratiques d’une majorité de praticiens, il n’est pas forcément nécessaire que ce raisonnement soit soutenu par les données scientifiques.


Nous nous proposons ici une version traduite en français de cet algorithme, issue de la publication d'origine du Pr Charlotte LEBOEUF-YDE et al. (2013).


Si vous avez des questions, contactez-nous (secretariat@sofec.org).




12 vues0 commentaire