• SoFEC

Quelles explications alternatives au conflit sous-acromial de Neer ?


Dans notre article précédent nous concluions sur le fait que les données actuelles étaient encore insuffisantes pour comprendre avec exactitude le mécanisme physiopathologique dégénératif qui touche en particulier le tendon du supra-épineux. Nous avons décrit 5 limites au conflit sous-acromial décrit par Neer [1], encore considéré aujourd’hui comme jouant un rôle prépondérant [2].


Si nous nous référons aujourd’hui aux données anatomiques et biomécaniques, nous allons constater que d’autres raisons très pertinentes peuvent expliquer cette usure sélective du tendon du supra-épineux :


  1. Sur le plan anatomique tout d’abord, le tendon du supra épineux est le seul tendon aplati de notre corps, à l’image d’un ruban métrique qui, au repos, passe autour de la tête humérale selon un angle de plus de 90° avant de s’insérer en droite ligne à la face médiale de la grosse tubérosité.

  2. Sur le plan biomécanique ensuite, les mouvements d’abduction du bras entraînent une flexion complète de ce ruban tendineux d’une amplitude de 90° à 110° ! Si l’on applique une rotation externe, le ruban subit une torsion d’une amplitude équivalente, à l’image d’une serpillère que l’on essore. Les mouvements d'élévation – rotation externe soumettent donc le tendon à des déformations d'une amplitude considérable, très supérieure à celles que subissent les autres tendons de l'organisme [3]. Voilà pourquoi, ces nouveaux éléments permettraient d'expliquer la forte incidence des troubles dégénératifs enregistrés au niveau de ce tendon. Néanmoins, cette théorie comme celle de Neer reste une hypothèse à confirmer.


Pour terminer, il ne faut pas oublier tous les autres facteurs susceptibles de majorer l’usure de ce tendon : on évoque des causes génétiques à l’origine de tendons fragiles ; mais également le diabète, le tabagisme et l’hypercholestérolémie favoriseraient une dégradation des tendons.


Si vous avez des questions, contactez-nous (secretariat@sofec.org).

___


Références

1. Neer CS. Impingement lesions. Clin Orthop. mars 1983;(173):70‑7.

2. Mitchell C, Adebajo A, Hay E, Carr A. Shoulder pain: diagnosis and management in primary care. BMJ. 12 nov 2005;331(7525):1124‑8.

3 Communication du Pr Olivier Gagey sur des travaux préliminaires non encore publiés.



29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout